Q&A: DRC plans a national pollution policy

Article, 24 November 2015

In the ninth of our interviews with representatives from the Least Developed Country Group ahead of the UN Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) talks in Paris (COP21), Benjamin Toirambe Bamoninga, director of sustainable development in the Democratic Republic of the Congo's environment ministry, talks about the realities of climate change in DRC.

En français

Benjamin Toirambe Bamoninga, director of sustainable development in the environment ministry of the Democratic Republic of the Congo, talks about the realities of climate change in DRCBetween 30 November and 11 December, the 21st session of the Conference of Parties to the United Nation Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) will take place in Paris to seek a legally-binding agreement on climate change.

Here, Benjamin Toirambe Bamoninga (BTB), director of sustainable development in the Democratic Republic of the Congo's environment ministry, talks about the realities of climate change in DRC with Doloresa Tshiyombo (DT).

DT: Is the DRC with its natural resources, particularly the equatorial forest, the Congo basin and all its lakes and rivers, a major actor in this climatic change? 

BTB: Yes, the DRC is a major actor in the struggle against climate change. The DRC contains 10 per cent of the world's tropical forests and 50 per cent of the forests in Africa. Research shows that the forests of the Congo basin are especially important for the sequestration of carbon, accounting for 140 gigatonnes annually, or almost the equivalent of three-quarters of the world's Co2 sequestration.

This is a huge contribution, and it shows the importance of the forests in the DRC for the fight against climate change when we consider their potential. On the other hand, despite this the DRC is one of the countries most threatened by global warming because of the very high rate of deforestation which it has seen in the period 2000 to 2010.

DT: So what is the country's policy on combating climate change?

BTB: In terms of policy, the country does not actually have a policy to combat climate change. The DRC has not defined such a policy. But on the other hand we can say that the country is a signatory to conventions such as the UN Framework Convention on Climate Change, the Kyoto Protocol. As such this country, while not responsible for climate change, is committed to the campaign to find solutions to climate change.  

The DRC carries out actions to implement the agreements it has committed itself to. Within the framework of the climate change convention it has signed, the DRC has established the REDD+ process (Reducing Emissions from Deforestation and Forest Degradation) since 2009, with notable success, and is in the course of defining its policy for combating climate change, which is expected to be approved very shortly. 

DT: What kinds of losses has the RDC suffered as a consequence of the climatic changes currently taking place globally? How significant are these negative consequences? Can you give us some examples?

BTB: At first sight we might be tempted to say that the country has not experienced losses due to climate change. However, I can assure you that in fact the DRC has been negatively affected, but that these effects have not been measured and accounted for in concrete terms.

We can say that there have definitely been impacts and effects for the DRC. Climate change has had effects in a number of provinces. In the south of the country there has been a decline in rainfall, which has led to the appearance of mosquitoes and so to an upsurge in malaria in some places. Lower rainfall has also had effects on agriculture, mainly in terms of declining production leading to food shortages.  

In some places excessive rainfall has caused flooding, and rises in levels of water courses. These are some examples of the impacts of climate change for the DRC.

DT: How might the DRC benefit from the tax revenues derived from the "polluter pays" principle?

BTB: The polluter pays principle is the legal principle whereby the costs of preventive measures and pollution reduction activities must be borne by the parties causing the pollution. In accordance with this legal principle, the DRC is to draw up national legislation governing the responsibility for pollution and other damage to the environment and the compensation of those who are victims.  

There are companies and businesses operating on Congolese soil which are under an obligation to pay taxes arising from the pollution generated by their activities. But the problem is that the country is up against a problem of governance in this area, despite the existence of environmental legislation. It is unfortunately true that the country has yet to define a policy on the compensation of victims of corporate pollution.

DT: What strategies does the country have to make its people aware of the importance of saving the life of the planet?

BTB: In terms of awareness, we can say that there isn't a single clearly defined and developed strategy to educate and motivate our people to come to the aid of the planet. There are sectoral strategies; different projects involved in combating climate change each have their own approaches to making people more concerned and aware.  

For example the REDD+ process works with civil society and other partners on communicating with the public. So there is no full developed strategy of popular awareness-raising, but there is a collaborative approach to informing and educating the population about the global threat.

The DRC contains 10 per cent of the world's tropical forests but has seen high rates of deforestation.(Photo: jbdodane, Creative Commons via Flickr)

Interview avec Benjamin Toirambe

Benjamin Toirambe Bamoninga (BTB) est directeur à la direction du développement durable du ministère de l'environnement au DRC. Il intervient en tant que expert congolais en changement climatique.

DT: La RDC avec ses ressources naturelles, notamment la foret équatoriale, le bassin du fleuve Congo et tous ses lacs et rivières, est-elle donc un acteur majeur de ce changement climatique ?

BTB: oui la RDC est un acteur majeur dans la lutte contre le changement climatique. La RDC possède 10% des forets tropicales mondiales et 50% des forets africaines. Les études démontrent que les forets du bassin du Congo sont particulièrement importants pour la séquestration de carbone soit 140 giga tonne par an. C'est à peu près l'équivalence de 3/4 de séquestration de CO2 à travers le monde. C'est une contribution énorme c'est pour dire que les forets de la RDC sont très importante dans la lutte contre le changement climatique compte tenue de toutes ses potentialités. Cependant malgré cela la RDC est classé parmi les pays menacés par le réchauffement climatique à cause de son taux de déforestation très élevée remarqué durant la période 2000-2010.

DT. Quelle est alors la politique du pays pour lutter contre le changement climatique ? 

BTB: parlant de politique nous pouvons dire que le pays n'a pas véritablement une politique de lutte contre le changement climatique. La RDC n'a pas définie une politique en la matière. Mais il faut di Par contre le pays a adhéré à des conventions telle que la convention cadre des nations unies sur le changement climatique, le protocole Kyoto. Donc le pays n'étant pas responsable du changement climatique il s'est engagé dans la lutte pour trouver des solutions pouvant amener au changement climatique. Dans ces engagements le pays mène des actions pour mettre en œuvre les accords de ces engagements. Dans le cadre de Convention signé pour la lutte contre le changement climatique, la RDC a eu comme réalisation : la mise en place du processus REDD+ (Réduire les émissions liées à la déforestation et à la dégradation de la forêt + ), c'est depuis 2009, et ce processus a eu des avancées très remarquables. Il faut dire que la RDC est entrain de définir la politique pour la lutte contre le changement climatique et la politique sera adoptée dans les prochains jours. 

DT. Quels sont les dégâts que la RDC a déjà connus à la suite du changement climatique qu’il y a actuellement lieu au niveau de la planète ? Ces dégâts sont ils importants ? Pouvez-vous évoquer des cas d’illustration de ces dégâts ? 

BTB: à première vue nous serons tenté de dire que le pays n'a pas connu des dégâts sur le changement climatique. Mais laisser moi vous dire que la RDC a enregistré des dégâts mais ces dégâts ne sont pas comptabilisés concrètement. Dans ce cas nous pouvons dire que la RDC a connus des impacts et effets que l'on signaler. Dans certaines provinces il ya des effets du changement climatique. Dans le Sud du pays il y a réduction des pluies qui ont entrainés dans certains coins l'apparition des moustiques et qui sont à la base de la recrudescence du paludisme. Le recul des pluies ont également influencés sur l'agriculture notamment une baisse de la production conséquence pénurie des denrées alimentaires. Des fortes pluies enregistrées dans certains coins ont provoqués des inondations, la montée des eaux dans les cours d'eau. Voilà un peu tout ce que nous pouvons dire sur les impacts du changement climatique en RDC

DT. Comment la RDC peut donc bénéficier des taxes provenant du principe pollueur payeur ?

BTB: parlant du principe pollueur payeur c'est le principe juridique selon lequel les frais résultant des mesures de prévention, de réduction de pollution et de lutte contre celles-ci doivent être supporté par le pollueur. Selon ce principe, la RDC est appelle à élaborer une législation nationale concernant al responsabilité pour la pollution et d'autres dommages à l'environnement et l'indemnisation des victimes. Il y a des sociétés ou entreprises qui opèrent sur le territoire congolais mais qui sont dans l'obligation de payer des taxes suites à la pollution qu'elles génèrent. Mais il se passe que le pays est buté à un problème de gouvernance en la matière en dépit des lois qui existent sur l'environnement. Il faut dire que le pays n'a pas encore définie une politique pour l'indemnisation des victimes de la pollution de societés.

DT. Quelles sont les stratégies de vulgarisation menées par le pays pour conscientiser les populations à sauver la vie de la planète ?

BTB: sur la stratégie de vulgarisation, nous pouvons dire qu'il n'y a pas une stratégie nettement définie ou élaborée qui aide à sensibiliser les populations à sauver la vie de la planète. Par contre il y a des stratégies sectorielles, donc les différents projets engagés dans la lutte contre le changement climatique mène chacun sa stratégie pour conscientiser les populations à sauver la planète. Prenons par exemple le processus REDD+, avec la société civile et d'autre partenaire il mène des stratégies de communication au près des populations. Donc il n'y a pas une strategie élaborée qui aide à sensibiliser la population il existe plutôt une strategie fédérée pour vulgariser les populations à sauver la planète.  

Share: