Protecting needs of forest-dependent people is key to saving Congo Basin forests

Press release, 8 February 2019
It is crucial that the rights and needs of forest-dependent communities, including indigenous peoples, are at the centre of government and donor policies across the Congo Basin. This is vital for protecting the region’s forests, tackling poverty and fighting climate change, a meeting in Yaoundé, Cameroon said.

en français

Strengthening Actions to Improve the Livelihoods of Forest Communities in the Congo Basin, held in Yaoundé from 6-8 February, was organised by CoNGOs – a consortium led by IIED that includes event organisers Fern, the Centre for Environment and Development (CED) and the African Institute for Social and Economic Development (INADES Cameroon).

It works to protect the forests in Cameroon, the Central African Republic, the Democratic Republic of Congo (DRC), Gabon and the Republic of Congo and improve the lives of the women and men dependent on the forests.

The Congo Basin is home to the world’s second largest rainforest and is crucial to future climate stability. More than 40 million people depend on the Congo Basin’s forests for their livelihoods – many are desperately poor – and their population is growing.

Governments in the Congo Basin and donors need to make sure their policies and laws increase local control over forest land and protect local people’s rights. Currently, only a small fraction of the land in the region is under community control.

It is vital they allow indigenous peoples, who have conserved forests for generations, to maintain their customary territories and to decide for themselves what to do with their forests and secure their rights to decide how the forest is used. It is also important that the communities which want to develop agroforestry businesses are able to.

Processes need to be simplified. Rather than multiple steps involving various government agencies in distant cities, quick local registration should be possible for enterprises – especially when based on planted agroforestry or non-timber forest products such as cane products, fruits, honey, and oils and resins. Their future profitability will motivate people to protect the forest.

The meeting reflected on experiences in the Congo Basin and in other countries of how communities' rights can be secured and enforced in national processes to achieve positive outcomes in community forestry. As part of this, ClientEarth launched Communities at the heart of forest management: how can the law make a difference?, proposing recommendations for the Congo Basin based on community forestry in Nepal, the Philippines and Tanzania.

Fifty-five participants from eight countries attended the event, including representatives from the FAO-led Brazzaville Roadmap for integrating community forest management into the 2030 sustainable development agenda, the Cameroon Ministry of Forestry and Wildlife, and Ministry of Small and Medium Socio-economic and Artisanal Enterprises, and the DRC Ministry of Environment and Sustainable Development. It was also attended by NGOs and community representatives, which have been working for community forest rights for 20 years, and some of the community forest businesses developed through the CoNGOs consortium.

Anna Bolin, manager of the CoNGOs consortium at IIED, said: “Even though governments say they support sustainable, locally-controlled forest enterprise, people are facing complex bureaucratic hurdles that rob them of any incentive to protect the forest.

"Priority is being given to large-scale industrial concessions and agribusiness. This is destroying the environment and squeezing out local people’s ability to develop and thrive. This must change. Policies need make local forest rights a priority, encourage investment in services and simplify the complex administrative barriers that are blocking sustainable local forest enterprise.”

Madame Fifi Lekunde Mboyo, director of the Community Forestry Division, Ministry of Environment and Sustainable Development for the DRC, said: “We have the mandate to expand community forestry across the national territory. As Congolese citizens, we have the right to a clean and healthy environment, to demand services from the government, and to exploit forest resources in a sustainable manner.”

Alphonse Maindo, director of Tropenbos DRC, said: “We must not forget that these forests have for millenia been protected and managed by local communities, without having a presidential decree to do so. The legal framework we have today is a recognition of these capacities. But they also need support to maintain those rights and develop their territories. The regulations state the application is “free” – this gives a false impression of a very different reality. In our assessment in the former Oriental province, the costs of establishing a community forest concession are in the region of US$67,000 – tell me, which local community can pay this?”

Indra van Gisbergen, forest and development campaigner at Fern, said: “International donors and technical and financial partners continue to support effective community management of forests, which contributes to fighting poverty and climate change. Financial support is crucial but not enough. Political engagement is needed to create space for community voices, secure land tenure and strengthen governance and requires the development of a joint vision, dialogue, collaboration and coordination between all actors.”

Samuel Nguiffo, secretary general of the Center for Environment and Development (CED), said: "In Cameroon, there is a real willingness to involve communities in the management of spaces and resources, even if there are still challenges at the practical level, such as the technical assistance to be provided to communities that benefit from community forests.

"The legal framework in this domain dates back to 1994, and there were texts in the early 2000s that specified the regulatory aspects of community forest management. It allows communities to get involved in the exploitation of wood and non-timber resources, and to make other uses that allow them to earn money without necessarily exploiting the forest.”

Guy Julien Ndakouzou, assistant coordinator, CIEDD: “The CoNGOs project has made it possible for local communities and indigenous people to make their voices heard; it creates hope that communities will one day be able to take decisions about their land.”


Protéger les besoins des populations tributaires de la forêt est essentiel pour sauver les forêts du Bassin du Congo

Il est crucial que les droits et les besoins des communautés tributaires des forêts, y compris les peuples autochtones, soient au centre des politiques des gouvernements et des donateurs dans tout le bassin du Congo. Cela est vital pour la protection des forêts de la région, la lutte contre la pauvreté et le changement climatique. Telle est la substance d'une réunion tenue ce jour  (8 février) à Yaoundé, au Cameroun.

La rencontre sur le renforcement des actions visant à améliorer les moyens de subsistance des communautés forestières dans le bassin du Congo, qui s'est tenue à Yaoundé les 6, 7  et 8 février, a été organisée par CoNGOs – un consortium dirigé par l'Institut international pour l'environnement et le développement (IIED) composé de Fern, du Centre for Environment and Development (CED) et de l'African Institute for Social and Economic Development (INADES Cameroon), tous organisateurs de l'événement.

Il œuvre pour la protection des forêts au Cameroun, en République centrafricaine, en République démocratique du Congo (RDC), au Gabon et en République du Congo et pour l'amélioration des conditions de vie des femmes et des hommes qui dépendent des forêts.  
Le bassin du Congo abrite la deuxième plus grande forêt tropicale du monde, et reste crucial pour la stabilité climatique future. Plus de 40 millions de personnes-dont un très grand nombre vit dans une abjecte pauvreté- dépendent des forêts du bassin du Congo pour leur subsistance , et  cette population augmente.

Les gouvernements du bassin du Congo et les bailleurs de fonds doivent s'assurer que leurs politiques et lois renforcent le contrôle local sur les terres forestières et protègent les droits des populations locales. Actuellement, seule une petite fraction des terres de la région est sous contrôle communautaire. Il est essentiel qu'ils permettent aux peuples autochtones, qui conservent les forêts depuis des générations, de conserver leurs territoires coutumiers et de décider eux-mêmes de l'usage qui en est fait. Il est également important que les communautés qui veulent développer des entreprises forestières et agroforestières puissent le faire.

Les processus doivent être simplifiés. A la place de multiples étapes impliquant diverses agences gouvernementales dans des villes éloignées, un enregistrement local rapide devrait être possible pour les entreprises – en particulier lorsque leurs activités sont basées sur l'agroforesterie plantée ou sur des produits forestiers non ligneux tels que les produits de canne, les fruits, le miel, les huiles et résines. Leur rentabilité future motivera les gens à protéger la forêt.

Au cours de la réunion, des réflexions ont été menées  sur  les expériences dans le Bassin du Congo et dans d'autres pays, la manière dont les droits des communautés peuvent être garantis et appliqués dans les processus nationaux pour obtenir des résultats positifs dans la foresterie communautaire. A ce propos, ClientEarth a lancé Les forêts au coeur de la gestion des forêts: comment la loi peut faire la différence ? , qui propose des recommandations pour le bassin du Congo s'inspirant sur la foresterie communautaire au Népal, aux Philippines et en Tanzanie.

Cinquante-cinq participants issus de huit pays ont assisté à l'événement, dont des représentants de la Feuille de route de Brazzaville pour l'intégration de la gestion communautaire des forêts dans le programme de développement durable 2030, du Ministère des forêts et de la faune du Cameroun, du Ministère des petites et moyennes entreprises, de l'économis sociale et de l'artisanat, et du Ministère de l'environnement et du développement durable de RDC. Y ont également participé, des ONG nationales et internationales et des représentants des communautés, qui oeuvrent en faveur des droits forestiers communautaires depuis 20 ans, ainsi que certaines des entreprises forestières communautaires développées par le consortium CoNGOs.

Anna Bolin, directrice du consortium CoNGOs à l'Institut international pour l'environnement et le développement (IIED), a déclaré : « Même si les gouvernements affirment qu'ils soutiennent les entreprises forestières durables et contrôlées localement, il subsiste des goulots d'étranglement administratifs complexes privatifs de toute incitation à protéger la forêt. La priorité est donnée aux grandes concessions industrielles et à l'agro-industrie. Cela détruit l'environnement et réduit la capacité des populations locales à se développer et à s'épanouir. Un changement est impératif. Les politiques doivent faire des droits forestiers locaux une priorité, encourager l'investissement dans les services et lever les barrières administratives complexes qui bloquent les entreprises forestières locales durables ».

Dans le même sillage, Madame Fifi Lekunde Mboyo, Directrice de la Division des forêts communautaires, Ministère de l'environnement et du développement durable, RDC  a précisé que « la Division des forêts communautaires a pour mandat d'étendre la foresterie communautaire à l'ensemble du territoire national. A cet effet, tous les citoyens congolais ont droit à un environnement propre et sain; ils ont le droit d'exiger des services du gouvernement et d'exploiter les ressources forestières d'une manière durable ».

Alphonse Maindo, Directeur, Tropenbos RDC, quant à lui, a indiqué  « qu'il ne faut pas oublier que ces forêts sont protégées et gérées depuis des millénaires par les communautés locales, sans avoir besoin d'un décret présidentiel. Le cadre juridique dont nous disposons aujourd'hui est une reconnaissance de ces capacités. Mais ils ont aussi besoin de soutien pour maintenir ces droits et développer leurs territoires. Le règlement stipule que l'application est "gratuite", ce qui donne une fausse impression d'une réalité très différente. Dans notre évaluation dans l'ancienne province orientale, le coût de l'établissement d'une concession forestière communautaire est de l'ordre de 67 000 $ US - dites-moi, quelle communauté locale peut payer ce montant? ».

Indra van Gisbergen, Chargée de campagne Développement et Consommation, Fern pense que « les donateurs internationaux et les partenaires techniques et financiers continuent d'appuyer une gestion communautaire efficace des forêts, ce qui contribue à la lutte contre la pauvreté et le changement climatique. Le soutien financier est crucial mais pas suffisant. L'engagement politique est nécessaire pour créer un espace permettant aux communautés de s'exprimer, de garantir le régime foncier et de renforcer la gouvernance, et exige le développement d'une vision commune, le dialogue, la collaboration et la coordination entre tous les acteurs ». 

Samuel Nguiffo, Secrétaire général du Centre pour l'environnement et le développement (CED)  a souligné « qu'au Cameroun, il existe une réelle volonté d'impliquer les communautés dans la gestion des espaces et des ressources, même s'il y a encore des défis au niveau pratique, comme l'assistance technique à fournir aux communautés qui bénéficient des forêts communautaires. Le cadre juridique dans ce domaine remonte à 1994, et des textes datant du début des années 2000 ont précisé les aspects réglementaires de la gestion forestière communautaire. Il permet aux communautés de s'impliquer dans l'exploitation des ressources ligneuses et non ligneuses, et de faire d'autres usages qui leur permettent de gagner de l'argent sans nécessairement exploiter la forêt ».    
Pour Guy Julien Ndakouzou, Coordinateur adjoint, CIEDD, « le projet CoNGOs a permis aux communautés locales et autochtones de faire entendre leur voix ; il fait espérer que les communautés pourront un jour prendre des décisions concernant leurs terres ».

Media enquiries

For more information please contact Beth Herzfeld, IIED head of media, on +44 (0)7557 658 482 or email beth.herzfeld@iied.org

Notes to editors

en français

  • Strengthening Actions to Improve the Livelihoods of Forest Communities in the Congo Basin, was held in Hotel Azur, Yaounde from 6-8 February
     
  • CoNGOs works with communities across the Congo Basin to help create more sustainable and equitable livelihoods from community forests. The consortium is led by IIED with its lead partners, INADES and TF-RD (Cameroon) and Tropenbos-DRC (DRC). It also comprises FERN – with CED (Cameroon, hosting this meeting) and CIEDD (Central African Republic) and OCDH (Republic of Congo); Forest Peoples Programme – with OKANI (Cameroon) REPALCA (Central African Republic) and ODDHC (Republic of Congo); Client Earth with CJJ (Republic of Congo); Rain Forest Foundation UK regional and in Central African Republic; and Well-Grounded in the Central African Republic.

    It was funded by the UK’s Department for International Development’s (DFID) Improving Livelihoods and Land Use in the Congo Basin Forests programme to support the development of sustainable and secure community livelihoods in the Congo Basin. Since the CoNGOS started in April 2016, it has worked to strengthen forest land rights in 52 community forest groups across the Congo Basin; developed 30 community forest enterprises in Cameroon and the DRC; helped to protect 96,000 hectares of forest. It has trained 1,300 forest community members in mapping and securing forest land rights, gender inclusion and women’s entrepreneurship, community governance, business development in Cameroon and the DRC; policy changes in support of community forestry in Cameroon, the Central African Republic, the DRC and the Republic of Congo.
     
  • ClientEarth launched its new report Communities at the heart of forest management: how can the law make a difference?
     
  • IIED is a policy and action research organisation. It promotes sustainable development to improve livelihoods and protect the environments on which these livelihoods are built. IIED specialises in linking local priorities to global challenges. Based in London, UK it works in Africa, Asia, Latin America, the Middle East and the Pacific, with some of the world’s most vulnerable people to strengthen their voice in the decision-making arenas that affect them – from village councils to international conventions.
     
  • Fern is a non-governmental organisation (NGO) and a Dutch Stichting created in 1995 to make the EU work for forests and people. Our work centres on forests and forest peoples’ rights and the issues that affect them such as EU consumption, trade, investment, development aid and climate change. All of our work is done in close collaboration with social and environmental organisations and movements across the world.
     
  • The Center for Development and Environment (CED) is an independent and non-political organisation founded in 1994 by a group of Cameroonian and foreigners. The CED was created in response to the forest management crisis in Cameroon, observed at the beginning of the 1990s, with the sharp increase in industrial wood production, development of illegal logging, resurgence of poaching, and ecological, social and economic problems caused by this increased pressure on the forest. The organisation has made capacity building and advocacy a pillar of its strategy, supporting local and sub-regional NGOs and associations.

Notes aux rédacteurs en chef

  • Une réunion sur le renforcement des actions visant à améliorer les moyens d'existence des communautés forestières dans le bassin du Congo, s'est tenue à l'hôtel Azur, Yaoundé, du 6 au 8 février.
     
  • CoNGOs travaille avec les communautés à travers le Bassin du Congo pour aider à créer des moyens de subsistance plus durables et plus équitables à partir des forêts communautaires. Le consortium est dirigé par l'IIED avec ses partenaires chefs de file, INADES et TF-RD (Cameroun) et Tropenbos-DRC (RDC). Il comprend également FERN – avec CED (Cameroun, pays hôte de cette réunion) et CIEDD (République centrafricaine) et OCDH (République du Congo) ; Forest Peoples Programme – avec OKANI (Cameroun) REPALCA (République centrafricaine) et ODDHC (République du Congo) ; Client Earth avec CJJ (République du Congo) ; Rain Forest Foundation UK régional et en République Centrafricaine ; et Well-Grounded en République centrafricaine.  Il a été financé par le programme Improving Livelihoods and Land Use in the Congo Basin Forests du Department for International Development (DFID) du Royaume-Uni pour soutenir le développement de moyens de subsistance communautaires durables et sûrs dans le bassin du Congo.

    Depuis sa création en avril 2016, le CoNGOS a travaillé au renforcement des droits sur les terres forestières dans 52 groupes forestiers communautaires à travers le bassin du Congo ; a développé 30 entreprises forestières communautaires au Cameroun et en RDC ; a aidé à protéger 96.000 hectares de forêt. Il a formé 1 300 membres des communautés forestières à la cartographie et à la protection des droits sur les terres forestières, à l'intégration des femmes et à l'entreprenariat féminin, à la gouvernance communautaire, au développement des entreprises au Cameroun et en RDC ; aux changements politiques en faveur de la foresterie communautaire au Cameroun, en République centrafricaine, en RDC et en République du Congo.
     
  • ClientEarth a lancé son nouveau rapport Communautés au cœur de la gestion forestière : comment la loi peut-elle faire la différence ? 
     
  • IIED est un organisme de recherche politique et de recherche-action. Il promeut le développement durable pour améliorer les moyens d'existence et protéger les environnements sur lesquels ces moyens d'existence sont bâtis. L'IIED se spécialise dans l'établissement de liens entre les priorités locales et les défis mondiaux. Basée à Londres, au Royaume-Uni, elle travaille en Afrique, en Asie, en Amérique latine, au Moyen-Orient et dans le Pacifique, avec certaines des personnes les plus vulnérables du monde pour renforcer leur voix dans les arènes décisionnelles qui les concernent - des conseils de village aux conventions internationales.
     
  • Fern est une organisation non gouvernementale (ONG) et une fondation néerlandaise créée en 1995 pour permettre à l'UE d'oeuvrer en faveur de la protection des forêts et des populations. Notre travail est centré sur les forêts et les droits des populations forestières et sur les questions qui les concernent, telles que la consommation, le commerce, les investissements, l'aide au développement et le changement climatique. L'ensemble de notre travail se fait en étroite collaboration avec des organisations et mouvements sociaux et environnementaux à travers le monde.
     
  • Le Centre pour le Développement et l'Environnement (CED) est une organisation indépendante et apolitique fondée en 1994 par un groupe de Camerounais et d'étrangers. Le CED a été créé en réponse à la crise de la gestion forestière au Cameroun observée au début des années 1990, avec la forte augmentation de la production industrielle de bois, l'accroissement de l'exploitation forestière illégale, la résurgence du braconnage et les problèmes écologiques, sociaux et économiques causés par cette pression accrue sur la forêt. L'organisation a fait du renforcement des capacités et du plaidoyer un pilier de sa stratégie, en soutenant les ONG et associations locales et sous-régionales.
Share: