Les principes de l’adaptation au niveau local

Pour aider les communautés locales à s’autonomiser et leur permettre de mener une adaptation durable et efficace au changement climatique, huit principes d’adaptation au niveau local (ou ANL) ont été dégagés. Avec plus de 80 gouvernements, institutions mondiales de premier plan, ONG locales et internationales, l’IIED approuve ces principes et préconise leur approbation.

Article
Collection
Mobilising money to where it matters
A programme of work helping to initiate a positive shift in the quantity and quality of climate finance reaching the local level to support locally-led solutions that address climate change, poverty and biodiversity loss
Two women harvest crops in a field

Deux femmes récoltent des chayottes qui serviront à la préparation de repas familiaux nourrissants. Les priorités locales en matière d’adaptation, telles que le maintien et la valorisation de la biodiversité des cultures, peuvent aider à atténuer l’impact du changement climatique (Photo: Qiubi, via Flickr, CC BY-NC 2.0)

Autonomiser les parties prenantes locales en matière d’adaptation au changement climatique, pour les communautés qui subissent de plein fouet l’impact climatique, offre à celles-ci un choix dans les décisions qui affectent directement leur existence et leurs moyens de subsistance.

Tous les efforts d’adaptation n’ont pas vocation à être pris en charge ou pilotés localement. Néanmoins, les pays et les parties prenantes locales réclament davantage d’efforts et d’engagement afin que les ressources soient confiées à des acteurs locaux, en tenant compte des priorités de terrain en matière d’adaptation.

Ainsi, suite à une consultation de grande ampleur, huit « principes de l’adaptation au niveau local » ont été élaborés pour répondre aux demandes énoncées dans Vision 2050 par le Groupe des Pays les moins avancés (PMA). Ces principes visent à assurer un avenir résilient en matière de climat, guidé par l’inclusion, la participation, la justice et l’équité, et qui comprenne un engagement financier pour que les acteurs locaux puissent investir dans leurs priorités d’adaptation.

Le 25 janvier 2021, lors du Sommet pour l'adaptation aux changements climatique (CAS), 40 gouvernements et institutions de premier plan se sont engagés à soutenir l’adaptation au climat au niveau local. Ce nombre continue de croître. La liste des signataires est donnée ci-dessous.

Début mai, un communiqué du G7 a annoncé que ses membres « accueillaient favorablement les principes de l’adaptation au niveau local ».

L’IIED était parmi ceux qui ont ouvert la voie. Andrew Norton, son directeur, a déclaré : « Nous considérons qu’il s’agit d’une initiative cruciale, qui permettra à de multiples organisations, tout autour du globe, de mieux orienter les financements vers les endroits où ceux-ci seront les plus utiles. Il s’agit en outre de faire entendre la voix des plus pauvres et de ceux qui sont véritablement en première ligne face à la crise climatique.

Lors de la COP26 de novembre 2021, Danida, Sida, l’USAID et le ministère néerlandais des Affaires étrangères ont été parmi les derniers organismes bailleurs à approuver ces principes.

Vous pouvez écouter un podcast en trois parties portant sur l’adaptation au niveau local. Découvrez comment appliquer ses huit principes afin de redonner aux populations locales le contrôle des décisions en matière d’adaptation au climat.

« Ce n’est pas simple. Il ne suffit pas d’annoncer “oh, nous connaissons ces principes, nous les avons intégrés”... Mettre efficacement ces principes en application au niveau local est vraiment difficile : il faut pour cela comprendre les structures du pouvoir, le contexte local dans lequel vous travaillez. Sinon, vous ne serez pas en mesure d’autonomiser les personnes qui ont besoin d’être responsabilisées dans le processus ni d’entendre les voix auxquelles il faut prêter attention pour établir les priorités de l’action d’adaptation locale.

« Je suis donc heureux de confirmer l’engagement sans faille de l’IIED dans ce processus, notre engagement à tirer et à partager les enseignements obtenus par la pratique. »

“Doing this isn't easy. It's not just a question of saying ‘oh, we've got these principles, we've got it covered’… it’s really difficult to take this work forward in an effective way at the local level: you need to understand the power structures, the local context in which you're operating, and without doing that you're not going to be able to empower the people who need to be empowered in the process and hear the voices that we need to hear in setting the priorities for local adaptation action.

“So I'm delighted to emphasise IIED's deep commitment to this process, to learning what we learn from doing it, and to sharing that with others.”

Au plan mondial, l’IIED appelle la communauté des organisations travaillant sur l’aide à l’adaptation à faire évoluer les programmes, les financements et les pratiques en faveur d’une adaptation qui soit de plus en plus portée par les parties prenantes locales. Lorsque les organisations ou les institutions adhèrent à ces principes, elles sont encouragées à appréhender différemment leurs actions futures ainsi que les bonnes pratiques qui seront mises en avant dans le cadre du soutien à l’adaptation au niveau local.

Adoptez les principes : pour relever le niveau d’ambition et d’action global dans le domaine de l’adaptation au niveau local, signez l’engagement ci-joint (PDF) et renvoyez-le par email à locallyledaction@wri.org.

Voici la liste des signataires à la date du 27 mai 2022 : ACT Alliance ; Act Church of Sweden ; Adaptation Fund ; Africa Climate Action Initiative ; BRAC International ; CARE ; Caribbean Natural Resources Institute ; Catholic Relief Services ; Centro para la Autonomía y Desarollo de los Pueblos Indígenas ; Clara Lionel Foundation ; Climate Action Network South Asia ; Climate Change Africa Opportunities ; Climate & Development Advice ; Climate Investment Funds ; Climate Justice Resilient Fund ; DanChurchAid ; Danish International Development Agency ; Dutch Ministry of Foreign Affairs ; E Co. ; Environmental Incentives ; Farm Africa ; Fauna & Flora International ; Friendship ; Fundecooperación ; Fundación Avina ; Global Center on Adaptation ; Global Environment Facility ; Global Network of Civil Society Organizations for Disaster Reduction ; Global Resilience Partnership ; Green Africa Youth Organisation ; Helvetas ; Hivos ; Huairou Commission ; InterAction ; International Centre for Climate Change and Development ; International Federation of the Red Cross Red Crescent ; International Fund for Agricultural Development ; International Institute for Environment and Development ; International Institute for Sustainable Development ; International Research Institute for Climate and Society ; Irish Aid ; ISET International ; Islamic Relief Worldwide ; IUCN ; London School of Economics and Political Science ; Mahila Housing Sewa Trust ; Media Awareness and Justice Initiative ; Mennonite Central Committee US ; Mercy Corps ; Mutual Trust Bank of Bangladesh ; Near East Foundation ; Opportunity ; Oxfam ; Pan Africa Climate Justice Alliance ; Participatory Research in Asia ; PlanAdapt ; Plan International ; Power for All ; Practical Action ; Runa Ray ; Save the Children ; Slum Dwellers International ; SMART Initiative ; SouthSouthNorth ; Start Network ; Swedish International Development Cooperation Agency ; Tebtebba ; Tree Aid ; UK Foreign Cooperation and Development Office ; UN Capital Development Fund ; UN Development Programme ; US Agency for International Development ; Vita Impact ; Wangki Tangni ; Water Aid ; Women's Climate Centers International ; World Resources Institute ; WWF International ; Youth Climate Lab ; Zurich Foundation ; Zurich Insurance.

Privilégier les principes de l’adaptation au niveau local

Les principes ont été élaborés par un partenariat entre égaux, formé sous l’égide de la Commission mondiale sur l’adaptation, comprenant l’IIED et le World Resources Institute.

Le Dr Muhammad Musa, directeur du BRAC, et Sheela Patel, ancienne présidente du conseil d’administration et membre fondatrice de Slum Dwellers International, ont défini une nouvelle approche de l'adaptation au niveau local. Celle-ci est soutenue par les contributions de partenaires qui vont des bailleurs, des fonds, des partenaires de mise en œuvre aux gouvernements du Sud et à la société civile en passant par les ONG. Ces principes ont été développés pour identifier les clés d’une transition du pouvoir vers les parties prenantes locales et pour montrer comment un bouleversement des approches était possible.

L’importance des actions d’adaptation au niveau local a été soulignée dans le rapport phare de la Commission mondiale sur l’adaptation Adapt Now (PDF) de 2019. Celui-ci s’appuie sur une décennie de travail de recherche (mené par l’IIED en collaboration avec Slum Dwellers International, la Commission Huairou, le Centre international pour le changement climatique et le développement [ICCCAD] et d’autres structures) sur les financements capable de faire face à la triple crise du changement climatique, de la perte de la nature et de la grande pauvreté. Les principes mettent en lumière la nécessité d’autonomiser les parties prenantes locales et de s’orienter vers des modèles d’adaptation « atypiques ».

Moins de 10 % des financements issus des fonds climatiques mondiaux sont consacrés à l’action locale (même si le financement de l’adaptation au niveau local est plus élevé). Moins de 2,5 % de l’aide humanitaire est dévolue aux acteurs locaux et il est encore plus rare que les parties prenantes locales dirigent leurs propres efforts d’adaptation.

Cependant, l’adaptation menée au niveau local peut être plus efficace que les interventions « venues d’en haut », car les acteurs sur le terrain perçoivent mieux les particularités du contexte dans lequel ils opèrent. Déléguer du pouvoir aux acteurs locaux augmente leur sensibilisation et leurs engagements dans l’adaptation, ce qui peut conduire à des résultats d’adaptation plus efficaces, à plus long terme. 

En outre, dans la mesure où ce sont les ménages et les communautés qui contribuent le plus aux dépenses en matière d’adaptation, les acteurs locaux savent comment résoudre les problèmes à moindre coût et plus rapidement.

Ces principes constituent des points d’appui pour tout un éventail d’acteurs, qui peuvent s’engager à changer leurs pratiques actuelles et rechercher une action d’adaptation plus durable et efficace au niveau local. Ces principes visent à donner aux communautés vulnérables et exclues davantage de pouvoir en matière de priorisation et de conception de solutions d’adaptation ; le but est de faire passer ces communautés du statut de bénéficiaire à celui d’acteur autonome du changement.

Les principes

Voici les huit principes : 

1 Déléguer la prise de décision au niveau approprié le plus près du terrain

Donner aux institutions et aux communautés locales un accès plus direct au financement et un pouvoir de prise de décisions sur la manière dont les actions d'adaptation sont définies, hiérarchisées, conçues et mises en œuvre, ainsi que sur la façon dont les progrès sont suivis et la réussite évaluée.

2 Lutter contre les inégalités structurelles auxquelles sont confrontés les femmes, les jeunes, les enfants, les personnes handicapées et déplacées, les peuples autochtones et les groupes ethniques marginalisés

Intégrer au cœur de l'action d'adaptation les inégalités de genre, économiques et politiques qui sont les causes profondes de la vulnérabilité ; encourager les personnes vulnérables et marginalisées à participer activement aux décisions d’adaptation et à les diriger.

3 Fournir des financements « patients » et prévisibles, qui soient plus accessibles

Soutenir le développement à long terme des processus, des capacités et des institutions de gouvernance locale en proposant : des modalités d’accès plus simples ; des horizons de financement à plus long terme et plus prévisibles – afin de s’assurer que les communautés puissent efficacement mettre en œuvre des mesures d’adaptation.

4 Investir dans les capacités locales pour créer un patrimoine institutionnel

Améliorer les capacités des institutions locales pour s’assurer qu’elles perçoivent les risques et les incertitudes climatiques, qu’elles puissent générer des solutions, faciliter et gérer les initiatives d'adaptation sur le long terme en évitant la dépendance à des financements au coup par coup, par projet, des bailleurs de fonds.

5 Se doter d’une bonne compréhension du risque et de l’incertitude climatiques

Éclairer les décisions d’adaptation en associant les connaissances locales, autochtones et scientifiques qui peuvent assurer la résilience dans les divers scénarios climatiques possibles.

6 La souplesse dans la programmation et l’apprentissage

Favoriser un mode de gestion souple pour contrer les incertitudes inhérentes à l’adaptation, en particulier par le biais de systèmes de suivi et d’apprentissage robustes, de financements et de programmations adaptables.

7 Assurer la transparence et la redevabilité

Rendre les processus de financement, de conception et de mise en œuvre des programmes plus transparents et plus redevables vis-à-vis des parties prenantes locales.

8 Agir et investir en collaboration

Collaborer entre les secteurs, les initiatives et les différents niveaux pour s’assurer que les initiatives et sources de financement (aide humanitaire, développement, réduction des risques de catastrophe, fonds de relance écologique, etc.) se complètent tout en évitant les doublons, et ce afin de renforcer l'efficacité et les bonnes pratiques.

  • Découvrez ces principes de façon plus approfondie en téléchargeant le document d’étude
  • Voir l’affiche des huit principes sur la chaîne Flickr de l’IIED

Diffuser les principes

En début d’année 2021, l’IIED et les autres signataires des principes se sont lancés dans un parcours d’apprentissage de 10 ans pour promouvoir l’adaptation dirigée au niveau local. Ils utiliseront trois événements annuels (la conférence Gobeshona, la Conférence sur l’adaptation communautaire [CBA] et les Journées du développement et du climat [Development & Climate Days]) pour développer une base commune de pratique qui mettra en évidence le rôle et la valeur de l’action d’adaptation au niveau local.

Sonam Wangdi, le président du Groupe des pays les moins avancés à la CCNUCC, a favorablement accueilli ces principes lors d’un discours enregistré durant le sommet.

Il déclare ainsi : « Je suis inspiré par les principes d’adaptation au niveau local qui sont mis en avant ainsi que par les organisations signataires. Ces principes mettent l’accent sur l’accroissement des ressources au niveau local, la mise à disposition d’un financement “patient et prévisible” et l’investissement dans les capacités locales. Ils constituent une réponse sérieuse et pertinente aux attentes exprimées par les PMA vis-à-vis de la communauté internationale. »

Visionnez la vidéo de l’intégralité de la session annonçant les principes d’adaptation au niveau local qui a eu lieu durant le Sommet sur l’adaptation au climat. Ci-dessous, la vidéo des signataires de principes.

L’IIED et ses partenaires s’appuient également sur l'expérience de terrain des mécanismes de l’ANL pour rassembler un ensemble d’éléments probants, et ce afin de démontrer que l’ANL fonctionne dans la pratique.

Une carte interactive des expériences d’ANL a été préparée. Elle permet de visualiser sur le globe les endroits où différentes approches d’adaptation au niveau local ont porté leurs fruits et montré des applications pratiques des huit principes de l’ANL.

Autres ressources consultables

The good climate finance guide for investing in locally led adaptation, Dave Steinbach et al (2022), Toolkits

360-degree accountability: improving climate adaptation finance, May Thazin Aung (2022), Backgrounder

Document: Locally led adaptation long-term strategy (PDF) (June 2022) | en français | en español

Conference: CBA16: putting the LLA principles into practice (October 2022)

Webinar: CBA16 and locally led adaptation: an interactive dialogue (June 2022)

Webinar: Enhanced Direct Access to climate finance: "I wish I knew that at the start!" (July 2022)

Fair share of adaptation finance in 2025, Clare Shakya, Jonathan Barnes (2022), Backgrounder

Press release: Rich countries on track to give little more than half of climate adaptation finance promised at COP26 (June 2022)

Interactive map: Examples of locally led adaptation experiences across the world

Poster: The principles of locally led adaptation (May 2022)

Videos: playlist of recordings from the peer-to-peer dialogues across Africa, Asia-Pacific and Latin America and the Caribbean (September and October 2021)

Follow the money: tracking least developed countries’ adaptation finance to the local level, Marek Soanes, Clare Shakya, Sam Barrett, Dave Steinbach, Nora Nisi, Barry Smith, Josie Murdoch (2021), Issue paper

Podcast: Locally led adaptation – a time for action (May to June 2021)

Principles for locally led adaptation, Marek Soanes, Aditya V. Bahadur, Clare Shakya, Barry Smith, Sejal Patel, Cristina Rumbaitis del Rio, Tamara Coger, Ayesha Dinshaw, Sheela Patel, Saleemul Huq, Muhammad Musa, M Feisal Rahman, Suranjana Gupta, Glenn Dolcemascolo, Tracy Mann (2021), Issue Paper

Article: Principles for locally led adaptation (January 2021)

Blog: Locally led adaption to climate change: the start of a 10-year learning journey, by Saleemul Huq and Clare Shakya (January 2021)

Podcast: Promoting locally led adaptation in climate action (December 2020)

Blog: East African climate groups help fight the COVID-19 crisis, by Emma Illick-Frank (December 2020)

News: Raising ambition in locally-led action for 2021: calling for business unusual (November 2020)

Good climate finance guide: lessons for strengthening devolved climate finance, Sejal Patel, Marek Soanes, M Feisal Rahman, Barry Smith, Dave Steinbach, Sam Barrett (November 2020), Working paper

Why local leadership matters, Marek Soanes, Simon Addison, Clare Shakya (2020), Briefing

Closing the learning loop in locally led adaptation, Barry Smith (2020), Briefing

Blog: Five benefits to local action on climate resilience, by Emma Illick-Frank and David Mfitumukiza (June 2020)

Calling for business unusual: mechanisms for delivering change, Marek Soanes (2020), Briefing

Reforming climate finance, Clare Shakya, Marek Soanes, Barry Smith (2019), Briefing

Money where it matters: designing funds for the frontier, Marek Soanes, Clare Shakya, Anna Walnycki, Sam Greene (2019), Issue paper

Delivering real change: getting international climate finance to the local level, Marek Soanes, Neha Rai, Paul Steele, Clare Shakya, James MacGregor (2017), Working paper (2017)

Contact

Helen O'Connor (helen.oconnor@iied.org), principal researcher, IIED's Climate Change research group