News, 13 July 2017

Deals that keep large dam building fair

The Global Water Initiative (GWI) West Africa has released a new animation explaining how agreements between government and affected communities can be put in place to ensure large dams bring benefits to all.

En français

Dam building has caused controversy when local communities, whose lives have been uprooted to make way for the dam, have not received the livelihood opportunities, compensation and/or services promised to them by politicians.

Better roads and water supplies, secure irrigated land, reservoirs for fishing, schools, clinics and markets are among the benefits that dams can provide for local people. 

But the past has shown that during the negotiations before dam construction, politicians often overestimate how much local people will gain from the dam while downplaying the disadvantages. Promises that are subsequently unmet lead to aggrieved communities, giving rise to tensions between the state and displaced people.

The video, 'Negotiating fair agreements between government and communities affected by dams', explains how formal agreements can be used, as required by the ECOWAS Directive on Large Water Infrastructure, to put the arrangements in writing before construction. This ensures the state clarifies its commitments and affected people can better understand their stake in the project.

By making promises clear and binding, politicians are less likely to exaggerate the benefits a dam will bring. At the same time, local people can draw on the agreement as a way of holding the government to account.

"This animation gives policymakers a quick and simple overview of how agreements can be set up to keep large dam building fair for communities whose lives are disrupted," said Jérôme Koundouno, regional coordinator of the Global Water Initiative (GWI) West Africa at the International Union for the Conservation of Nature (IUCN).

"These deals – whether legal documents or agreements of mutual understanding – encourage governments to be realistic about benefits for local people and provide a mechanism for engaging communities in discussions around the economic growth, access to resources and livelihood opportunities the dam will bring.

"They help maintain healthy relations between local communities and the other parties involved in the dam project – government, investors and donors – preventing cases of social unrest and intergenerational frustration seen in past resettlement programmes.” 

The series of three animations is produced by the GWI action-research and advocacy project. They are available in English and in French (en français), with English/French subtitles. Choose one of the three versions above or on IIED's YouTube channel. There is also the facility to access further captions in French and English by clicking on the settings icon within each video.

GWI works with family farmers and governments to shape policies and practices that support livelihoods and food security in the context of large multi-purpose dams. It helps communities and governments learn from past experience to improve dam planning, benefit sharing and resettlement practices. GWI is financed by the Howard G. Buffett Foundation and implemented by IIED and IUCN.


 

Des accords qui garantissent le caractère équitable de la construction des grands barrages

La Global Water Initiative (GWI) en Afrique de l'Ouest a publié une nouvelle animation qui explique comment des accords peuvent être mis en place entre les pouvoirs publics et les communautés affectées pour veiller à ce que les grands barrages apportent des bénéfices à tous.

La construction de barrages a suscité des controverses lorsque les communautés locales dont les vies ont été bouleversées pour céder la place au barrage n'ont pas reçu les opportunités d’améliorer leurs moyens d'existence, les compensations et/ou les services qui leur ont été promis par les politiciens.

De meilleurs axes routiers et de meilleurs approvisionnements en eau, un accès garanti aux terres irriguées, des réservoirs de pêche, des écoles, des cliniques et des marchés figurent parmi les avantages que les barrages peuvent apporter aux populations locales. 

Mais le passé a montré que, durant les négociations préalables à la construction d'un barrage, les politiciens surestiment souvent les avantages que les populations locales pourront en tirer et tendent à minimiser ses inconvénients. Les promesses non tenues par la suite engendrent la frustration des communautés et créent des tensions entre les pouvoirs publics et les personnes déplacées.

L'animation, intitulée « Négocier des accords justes entre les pouvoirs publics et les communautés affectées par les barrages », explique comment des accords formels peuvent être utilisés pour mettre par écrit les dispositions avant la construction, conformément aux directives de la CEDEAO sur le développement d'infrastructures hydrauliques. Ce procédé permet de veiller à ce que les pouvoirs publics clarifient leurs engagements et à ce que les populations affectées puissent mieux comprendre comment le projet les affectera. 

En faisant des promesses claires et contraignantes, les politiciens sont moins tentés d’exagérer les avantages que les barrages apporteront. Dans le même temps, les populations locales peuvent s'appuyer sur l'accord pour obliger les pouvoirs publics à leur rendre des comptes.

« Cette animation donne aux responsables publics un aperçu rapide et simple de la façon dont les accords peuvent être mis en place pour faire en sorte que la construction de grands barrages soit équitable pour les communautés dont ils bouleversent la vie », explique Jérôme Koundouno, coordonnateur régional du programme GWI Afrique de l'Ouest à l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

« Ces contrats – qu'il s'agisse de documents juridiques ou d'accords mutuels – encouragent les pouvoirs publics à être réalistes quant aux bénéfices pour les populations locales et constituent un mécanisme pour impliquer les communautés dans les discussions sur la croissance économique, l'accès aux ressources et les opportunités d'améliorer les moyens d'existence qu'apportera le barrage. »

« Ils contribuent à maintenir des relations saines entre les communautés locales et les autres parties prenantes dans le projet de barrage − les pouvoirs publics, les investisseurs et les bailleurs de fonds – en évitant les cas de troubles sociaux et la frustration intergénérationnelle que l'on a pu voir au cours de certains programmes de réinstallation. » 

La série de trois animations est produite par le projet de recherche-action et de plaidoyer GWI. Les animations sont disponibles en anglais et en français, avec des sous-titres anglais/français. Choisissez l'une des trois versions en cliquant ci-dessus ou sur la chaîne YouTube de l'IIED. Il est aussi possible d'accéder aux sous-titres en français et en anglais en cliquant sur l'icône de paramètres dans chaque vidéo.

La GWI travaille avec les exploitants familiaux et les pouvoirs publics pour concevoir des politiques et pratiques qui améliorent la sécurité alimentaire et les moyens d'existence des ménages dans le contexte des grands barrages à buts multiples. Elle aide les communautés et les pouvoirs publics à tirer des enseignements des expériences passées afin d’améliorer la planification des barrages, le partage des bénéfices et les pratiques de réinstallation. Le projet est financé par la Fondation Howard G. Buffett et mis en œuvre par l'IIED et l'UICN.

Contact

Jamie Skinner (jamie.skinner@iied.org), principal researcher, IIED's Natural Resources research group

Share: