Redéfinir l'octroi de subventions pour une conservation gérée au niveau local

Le financement devant figurer en tête de l'ordre du jour des négociations sur la biodiversité et le climat de cette année, nous partageons notre expérience de l'application des principes de l'adaptation menée localement à une initiative de financement de la conservation et appelons les bailleurs de fonds et les responsables de l'octroi des subventions à modifier leurs pratiques pour soutenir les actions menées localement en faveur de la nature et du climat.

Nicola Sorsby's picture
Insight by 
Nicola Sorsby
Nicola Sorsby is researcher in IIED's Natural Resources and Climate Change research groups
26 February 2024
People planting mushrooms.

Les activités de gobetage des tubes de champignons avec les bénéficiaires d'un groupe de 10 personnes, Nyamukubi, DRC (Photo: copyright Jean-Marie Mweze Bagunda/Coopérative KACCO)

Avec le soutien de la Fondation Arcus et dans le cadre du People and Conservation Learning Group (PCLG), en 2023, l'IIED a conçu et mis en œuvre une initiative de petites subventions pour financer les liens entre les populations et la conservation dans les États de l'aire de répartition des grands singes de l'Ouganda, de la République démocratique du Congo et du Cameroun. Nous partageons ici l'expérience de notre tentative d'intégrer les principes de l'adaptation locale (LLA) - développés pour s'assurer que le financement de l'adaptation au climat soit conçu et fourni par les acteurs locaux - dans la conception du mécanisme de petites subventions du PCLG. En partageant ces expériences et les enseignements tirés, nous souhaitons lancer un processus de conservation sur la manière de relever les défis liés à l'acheminement de l'argent au niveau local.   

Application des principes LLA à la conservation

Si les bailleurs de fonds reconnaissent de plus en plus que l'adaptation menée au niveau local est essentielle pour une action climatique efficace (en anglais), il est également largement prouvé qu'une action menée au niveau local est essentielle pour atteindre les objectifs mondiaux en matière de biodiversité et que la nature est mieux préservée lorsque les communautés locales en sont responsables (en anglais). 

Les peuples autochtones et les communautés locales soutiennent l'idée que le financement de la biodiversité doit atteindre le niveau local (en anglais) de la même manière que le financement du climat. Les principes LLA - qui comprennent la délégation de la prise de décision au niveau approprié le plus bas (principe 1) et l'accès facile à un financement patient, à long terme et flexible (principe 3) - sont essentiels pour les acteurs locaux, qu'ils luttent contre le changement climatique ou l'appauvrissement de la biodiversité. 

Faire face à la contradiction 

En tant que l'un des plus de 120 gouvernements et organisations signataires des principes LLA, il est essentiel que l'IIED les mette en pratique dans l'ensemble de son travail. Bien qu'ils aient été conçus pour l'adaptation, les principes sont suffisamment génériques pour refléter les bonnes pratiques dans d'autres types d'intervention. Cela inclut la conservation, qui n'est pas toujours explicitement axée sur l'adaptation. 

En essayant d'appliquer les principes LLA à l'initiative de petites subventions du PCLG, nous avons trouvé une contradiction évidente autour du principe 3 : fournir un financement patient et à long terme aux acteurs locaux. En tant qu'intermédiaire dans la chaîne de financement, nous dépendions d'un financement externe pour décaisser les petites subventions ; nous travaillions également avec un petit budget pour le PCLG, sans garantie de renouvellement du financement pour les années suivantes. Le fonds PCLG n'a donc pu accorder que des petites subventions ponctuelles aux demandes retenues.

Comme nous ne pouvions pas prétendre aligner complètement le fonds sur les principes LLA, nous avons concentré nos efforts sur quelques petits changements qui pourraient aider à entamer une conversation sur la façon dont un mécanisme de financement de petites subventions peut permettre une action menée au niveau local. 

Des défenseurs nationaux et un accès facile

Pour transférer la prise de décision au niveau local, nous avons travaillé avec un défenseur national dans chaque pays, un représentant local qui comprend les priorités locales en matière de conservation des grands singes. Les défenseurs se sont chargés de faire connaître l'initiative, d'examiner les demandes, de décider avec l'IIED des organisations à financer et de communiquer directement avec les bénéficiaires. 

Nous avons pris plusieurs mesures pour faciliter et accélérer l'accès au financement, notamment en invitant à soumettre des propositions en français et en anglais, en simplifiant le formulaire de demande, en acceptant les demandes via trois plateformes (formulaire Google, e-mail et WhatsApp), en réduisant les exigences en matière de rapports et en envisageant des transferts d'argent par téléphone portable (en anglais) pour les demandeurs qui ne disposent pas d'un compte bancaire.

Five men holding a poster.

Bob Barigye, responsable de l'engagement communautaire au Progressive Think Tank, avec des aînés Batwa lors d'une activité d'engagement communautaire concernant la conservation des grands singes, Ouganda (Photo: copyright Matte Derrick/Progressive Think Tank)

Les enseignements tirés

Nous avons reçu plus de 300 demandes, dont près d'un tiers en français. Il est donc clair que ces changements ont facilité l'accès des candidats au financement. Mais nombre d'entre eux ont été difficiles à mettre en œuvre dans la pratique.

Nous avons été confrontés à plusieurs défis en matière de processus. L'examen des propositions en deux langues a demandé plus de temps et de compétences et la compilation des demandes provenant des trois canaux de soumission a représenté une charge de travail importante. L'utilisation de WhatsApp a posé des problèmes inattendus en termes de partage, de sauvegarde et de traitement des messages et des informations ; nous avons également reçu des appels et des messages non sollicités, même après la clôture de la fenêtre de financement. Une limite de paiement sur les transferts d'argent internationaux nous a empêchés d'utiliser l'argent mobile, de sorte que, pour les bénéficiaires sans compte bancaire, nous avons dû utiliser des transferts d'argent via le défenseur national, ce qui était encore plus lent qu'un transfert bancaire international normal.

Il y a également eu des dilemmes conceptuels. Malgré une adaptation minutieuse des critères d'éligibilité, nous avons reçu de nombreuses candidatures d'organisations qui n'étaient pas gérées au niveau local, ce qui soulève des questions sur la définition du terme « gérée au niveau local » et sur la manière de l'évaluer dans un formulaire de candidature. Nos défenseurs nationaux ont également présélectionné de nombreuses candidatures pour des initiatives de moyens de subsistance alternatifs (en anglais) et des activités génératrices de revenus pour réduire les menaces qui pèsent sur les grands singes. Mais les données (en anglais) suggèrent que ces activités sont inefficaces (en anglais). Cela soulève la question de savoir jusqu'à quel point nous devrions adhérer aux principes LLA, si les acteurs locaux proposent une approche qui, d'après les données disponibles, a peu de chances de fonctionner.

Prenez contact avec nous!

Malgré ces obstacles, nous continuons à chercher des solutions à ces défis. Il est impératif de changer notre façon de travailler et de financer les initiatives en faveur de la nature et du climat pour permettre une action menée au niveau local. Mais nous n'avons pas toutes les réponses aux questions soulevées ici. 

Nous souhaitons donc connaître l'avis d'autres bailleurs de fonds qui ont géré des mécanismes de financement conçus pour apporter des fonds directement au niveau local, afin de savoir comment ils ont surmonté des obstacles similaires. Nous encourageons également toutes les organisations à se joindre à nous en approuvant les principes LLA et en les intégrant dans leurs méthodes de travail. Nous vous mettons au défi de repousser les limites de vos subventions pour permettre une action menée localement.

Ainsi, que vous obteniez déjà un financement au niveau local, que vous souhaitiez en savoir plus ou que vous souhaitiez simplement rester informé sur ces questions, n'hésitez pas à nous contacter (smallgrantspclg@iied.org) et à nous faire part de vos expériences.

About the author

Nicola Sorsby (nicola.sorsby@iied.org) is researcher in IIED's Natural Resources and Climate Change research groups
 

Nicola Sorsby's picture